dimanche 30 octobre 2016





et près de 7,4 milliards au moment où vous lirez ...

Afficher l'image d'origine


En 2005, pourtant, un article très documenté du Monde prévoyait 
un scénario catastrophe ... inverse !

http://www.courrierinternational.com/article/2005/03/10/la-bombe-demographique-n-est-plus-ce-qu-elle-etait

Y a qu'à attendre pour savoir ...
de quoi l'avenir de l'humanité sera fait !

vendredi 28 octobre 2016



Même disparu, 
il pose des problèmes 
(de hauteur de vue ! ) 
aux socialistes !!


michel Rocard aurait adoré ce gag !

Qu'il soit ainsi "placé" si haut,
qu'on ne puisse l'atteindre 
pour le dévoiler !

J'aurais aimé voir cet homme aux manettes.
Malheureusement, il n'était 
pas assez retors
pas assez menteur
pas assez communicant...

Dommage !


Afficher l'image d'origine


mercredi 26 octobre 2016


Ah, la pensée !

Non ! pas la fleur !
mais cette petite musique lancinante
qui ne vous lâche pas,
qui vous mobilise en permanence les méninges
en se connectant sur toutes sortes de sujets ...

Faut dire que ça occupe bien
et c'est profitable ...
si on essaie de la rendre 
intelligible et acceptable par les autres.

Elle offre une alternative à des activités plus ludiques, 
plus ... irréfléchies 
qui vous laissent sur le flanc 
lorsque la rigolade est terminée !

Egalement beaucoup plus de possibles évolutions d'avenir 
que de mettre la tête dans le sable ...
(du style "j'me prends pas la tête !")
en se disant qu'on profite mieux comme ça
en ne voyant et n'entendant rien 
de cette petite musique.

D'ailleurs (même si je n'ai jamais essayé !) 
avec la tête dans le sable, 
on pense
(et oui, mais surtout qu'on va mourir étouffé !)

Penser, ça aide aussi à accepter, recevoir... l'avenir
qui n'est jamais très loin !!!

Lorsqu'on pense à l'avenir, 
le présent est beaucoup plus serein
(enfin, pas toujours, y en a qui sont stressés par le lendemain
croyant qu'il sera toujours pire que ce qu'ils vivent sur l'instant)

Je dirai même que seule la pensée
rend le présent vraiment ... vivable !!
(ça, c'est une trouvaille !!!)

Pendant la plus grande partie de sa vie,
l'homme se sent en danger
(ben oui, une sorte d'inquiétude existentielle, quoi !)
et un jour (tout arrive, non !)
il se rend compte qu'il avait raison de s'inquiéter, ...
il meurt !!

C'est c... la mort et surtout inutile, pas vrai ?
surtout quand on n'y a pensé que comme un drame à venir
pendant toute sa vie.


Savez vous pourquoi les êtres humains sont toujours "mal heureux"
(même quand ils fanfaronnent en disant le contraire) ?
tout simplement parce qu'ils vont mourir, 
qu'ils le "ressentent" inconsciemment 
depuis le premier battement de cœur 
et qu'ils ont l'impression
de ne pas assez profiter de cette vie terrestre offerte
par le plus grand des hasards.

Comme si l'accumulation de jours de vie était une finalité ...

Pourtant, ce qu'ils auront vécu, c'est tout bonus 
puisqu'ils n'ont jamais demandé à la vivre cette existence.
C'est un cadeau, la vie 
même si c'est le fait du hasard,
d'une rencontre ...

Et de toutes façons, ils n'auront aucun souvenir de cette existence ...
Alors vivez sans envie, ni rancœur,
la vie des autres ne sera, 
ne peut pas,
être la votre.


:)



alors là !  
le chat m'aurait il mouché ??


samedi 22 octobre 2016






40 ans ! What the fuck !, bd chez Delcourt de Teyras

Quadra
le changement après un tour de ... cadran !

Le déroulement de la vie de chacun reste unique, bien sûr !
Mais on peut quand même reconnaître 

qu'à la quarantaine rugissante, 
une femme perd certaines illusions ... émotivo-sentimentales !
(plus que les hommes !)

Le mode bisounours n'est plus alors qu'une façade 
pour elles
(disons qu'elles en jouent !)
Après 40, il est fréquent de voir une femme
"séquencer" clairement ses liens et donc ses attentes
 vis à vis de la gente masculine ... voire féminine.

Elle a tendance à créer, réinventer ses relations 
en fonction de ses besoins émotionnels :

- confident(e) intime, 

- ami(e) apprécié(e) pour les échanges intellectuels stimulants,
- amant(e) (ben oui, encore
 …), 
- nouveau mariage (après étude sérieuse du C.V. !)
(eh oui ça arrive qu'elle remette le couvert, au sens propre !)

Ce qui n'est pas du tout le cas de des hommes quadragénaires

qui restent dans la "programmation génétique de base" du mâle
soit le besoin de copulation
que la nature lui a attribué unilatéralement.

Et oui, faut pas leur en vouloir, c'est pas des "obsédés" 
(comme on leur jette souvent dans l'oreille !)
mais c'est un besoin naturel
qui comme tous les besoins ne sont maîtrisés
que par une (très) infime minorité !


Afficher l'image d'origine

La quadra, elle,  a fait un premier tour de "manège conjugal" 

et de ses aléas.

Sujette à une baisse d'attention au sein de son couple précédent,

ses attentes sont toujours réelles, elle veut "profiter de la vie" 
et "faire de nouvelles expériences", relationnelles surtout.

Même si sa foi en l’existence du prince charmant

s’est fortement relativisée,
elle continue à "conter" sur une rencontre pour s’épanouir, dit elle.
Pas gagné !
même si dans les couples reconstitués, 
y a du compromis dans l'air (enfin dans la relation quotidienne !)

En fait, pour une majorité de ces quadras,
malgré leur désir affirmé de vivre seule dorénavant, 
ce qu'elles recherchent
c'est quand-même, une nouvelle rencontre 

avec un homme ...
ou une femme 

quelles que soient les motivations affirmées !! 

 :)




pour bien finir la matinée, une petite blague parabole sur ...


LES HOMMES QUI N’ÉCOUTENT JAMAIS (les femmes, bien sûr )!....

Le lave-vaisselle de Pimprenelle tombe en panne ; 

elle appelle un réparateur.
Comme elle doit aller travailler, elle lui précise :

 "Je laisserai la clef sous le paillasson. 
 Réparez la machine, laissez la facture sur la table, 
je vous enverrai un chèque. 
 Au fait, ne vous inquiétez pas pour mon chien Fido, 
il ne vous fera aucun mal malgré sa taille imposante.
 
    Mais quoi qu'il arrive, ne parlez 
pas au perroquet" !
     J'insiste bien 
  NE PARLEZ PAS À MON PERROQUET !!!"

 
  Lorsque le réparateur arrive à l'appartement,
 
il est accueilli par un énorme chien qui n'a vraiment pas l'air 
  commode du tout...
Mais, comme Pimprenelle l'avait dit, le chien reste couché
 dans son coin sans se préoccuper de lui. 
  Le perroquet, par contre, le rend rapidement complètement dingue.
Il crie sans arrêt, lance des jurons 

et le traite de tous les noms ... d'oiseaux !!


 Au bout d'un temps, le réparateur n'en peut plus et lui crie :

 "Ta gueule, connard de volaille !" 
   et le perroquet de répondre, ironique : 
   "Vas-y, Fido, attaque !!"


 Les hommes n'écoutent jamais ce que les femmes leur disent ...

mercredi 19 octobre 2016


Afficher l'image d'origine

Étonnant comparatif économico-footballistique 
mais à méditer tout de même ...

Une équipe de football professionnel, c’est 30 joueurs salariés. 

 11 joueurs sur le terrain, 

Mais 7 remplaçants sur le banc de touche. 

et 12 non-titulaires installés dans les tribunes 

qui soutiennent leurs copains de boulot et piaffent d'impatience

de s'y mettre ... au boulot !


Ils partagent tous l’appartenance à leur club et un désir de victoire. 

Titulaires ou pas, ils sont salariés.


Et si la gestion des ressources humaines d’une équipe de football
devenait un modèle socio-économique d'entreprise pour demain ?

Intégrons à l’entreprise l’idée du remplaçant payé sans travailler obligatoirement
et transformons un chômeur en salarié disponible !

Si l’ouvrier, l'employé à la chaîne avait un remplaçant prêt à bondir
pour maintenir la cadence,
si les remplaçants étaient prêts à suppléer aux défaillances des titulaires,
si un ouvrier fatigué sortait quelques secondes s’asseoir et
se faisait remplacer aussitôt par un collègue disponible ?


Si ce titulaire, débarrassé de la peur de perdre son emploi,
cédait sa place avec plaisir, Certain que tous feront au mieux, ensemble,
pour la santé de l’entreprise, pour la compétitivité,
pour l’efficacité de l'équipe.

Le travail de cinq personnes serait fait à huit, à dix, 
les copains remplaçants soutiendraient les titulaires. 
La peur de perdre son emploi disparaîtrait. 
La phrase « si t’es pas content il y en a dix qui attendent dehors » serait hors jeu !

Le long des chaînes de montage, on installerait une rangée de chaises 
d’où les remplaçants encourageraient leurs camarades, 
le contremaître managerait les changements d’ouvriers. 
La compétition s’installerait entre les chaînes 
de montage. Les meilleurs remplaçants s’arracheraient des fortunes. 
Les supporteurs, les amis, les familles des ouvriers viendraient voir sortir des voitures de chaînes de montage avec des chronos jamais atteints en France.

La rangée de chaises ne suffirait pas pour asseoir tout le monde, elle serait triplée, quadruplée, du dernier rang, on se plaindrait de ne rien voir alors on monterait 
des gradins. Un jour on ferait même payer les places.
Les foules se masseraient pour voir les navires mis à l’eau aux Chantiers 
de l’Atlantique. Les ouvriers signeraient des autographes aux enfants.

Les droits télé se négocieraient à prix d’or par les télévisions. 
Les ouvriers gagneraient des millions. 
Certains jaloux diraient : 
« A 200 000 par mois, il est remplaçant chez Peugeot, c’est pas mal. »
Le chômage serait volontaire et choisi. 
Et le monde du travail retrouverait (peut être)
son « bhonneur » perdu. 
Parce que ce qui rend heureux au travail, 
comme dans le sport, 
c’est de se sentir appartenir à un collectif d'hommes
et de femmes œuvrant ensemble.

.

d'après une chronique de JJ Vanier du Monde


Afficher l'image d'origine

Bien sûr, les grèves risquent d'être plus mouvementées
déjà que ...

dimanche 16 octobre 2016


Permalien de l'image intégrée

"Démocratie 
veut dire 
gouvernement par la discussion,
mais ça n’est efficace
que si vous pouvez 
empêcher les gens
 de parler"   
:)

Clément ATLEE -ministre anglais des années 1950

Tout est dit, n'est ce pas ?




Et bien, oui 
Il faut choisir entre les mots 
ou les maux !

La dictature 
et les coups de poings ...
ou la démocratie 
et les coups de langue ... de vipère !!

Image-abstention.jpg


jeudi 13 octobre 2016


"L’homme descend du songe"
Antoine Blondin


Du songe de Dieu ?

non, je plaisante.
Un athée affirmé comme moi
ne doit pas plaisanter avec le créationnisme !

En fait, c'est une chance,
les idées ont émergé 
dans le cerveau d'homo sapiens sapiens ("celui qui sait qu'il sait")
avant qu'il s'attelle à créer l'écriture,
aidé par ses successeurs, Cromagnon en tête.

  Sans quoi ... 
qui aurait eu l'idée 
d'essayer d'écrire ?
et de "songer" à Dieu !!

:)



"Toute vérité passe par trois étapes : d’abord elle est ridiculisée, 
puis elle est violemment combattue et 
enfin elle est acceptée comme une évidence"
Arthur Schopenhauer

mardi 11 octobre 2016



Les religions, 
sont elles une imposture 
vis à vis de l'intelligence humaine ?
:)

 Toutes sont plaisantes
avec leur folklore de superstitions.
Mais bon, sourire n'est pas une preuve d'intelligence !

J'ai peine à comprendre cette immaturité 
lestée d'un vocabulaire infantilisant et
une grande suffisance morale.

Et toutes ces ouailles ébaubies,
croyantes, oui, mais surtout en
une "existence" future éternelle.
Ah, la belle ambition, l'éternité ...

Le drame de l'esprit humain, 
c'est qu'il a conscience de sa mort prochaine
et, ça, il ne peut pas s'y faire.
Faut reconnaître que ça n'a rien d'attirant !

Alors il échafaude des fables
sur une "autre vie"et sur l'immortalité qui nous attend,
il crée la religiosité,
invente des coutumes funéraires..

Aujourd'hui, il n'y a plus de gens intelligents qui croient vraiment
à cette version religieuse de la création de l'univers
mais ils continuent parfois à s'accrocher à certains concepts.
:)

Quand on n'a pas assez de "recul" intellectuel 
pour accepter la complexité du monde 
naturellement évolutif
et notre propre insignifiance,
on cherche à tout prix
à lui trouver un fondement surnaturel
et les Dieux tombent à point
pour combler l'ignorance.

Ce qui est d’une facilité reposante pour l'esprit

mais, bien sûr,  pas une preuve de l'existence d'un (voire plusieurs !) dieu
encore moins de leur efficacité à créer ... un univers
qui, de toutes façons, ne peut certainement pas 
être considéré comme une réussite  
concernant la terre !!!!




BEAUTÉ (50X40)


samedi 8 octobre 2016


Lol je t'asthme aussi )) - Les minions



Une petite historiette vaut toujours mieux 

que tous les discours sur ce sujet !!


Au lit ... ou ailleurs, une femme demande :

<<- tu m'aimes ?


- Pourquoi tu me demandes, ça ? tu le sais bien que je t'aime !


- mais tu me le dis pas ! tu m'aimes ou tu me désires ?


- mais enfin ! ... heu, les deux !


- oui, oui d'accord mais tu me désires parce que tu m'aimes ? 
ou, alors, tu m'aimes parce que tu me désires ?


- mais je sais pas, c'est .... heu


- eh ben, il faut savoir !


- ... ?


- t'as trouvé ?


- ben non, tu m'embrouilles avec tes questions, 
c'est malin, maintenant, je débande !


- et ben, voilà, tu as moins de désir !

tu m'aimes pas !...

- et toi, tu m'aimes ? sans me désirer ? 
pourquoi tu veux pas que je te ... désire si tu m'aimes ?>>



Un vrai cactus, la relation sexuo-amoureuse des humains !!

surtout s'ils en parlent ...



Comme dirait l'autre (un pessimiste ?),
"Le désir ne tient jamais ses promesses"

jeudi 6 octobre 2016


... "comme c’est pas possible"  !!


Ces petits mots, ces locutions glissés dans les phrases,
inutiles et, souvent, agaçants. 
Enfin, chez les autres,
parce que nous, on s'en rend (presque) plus compte !!

Mots béquilles ou expressions dans l’air du temps, 
révélateurs de notre époque, 
ils dévoilent beaucoup sur chacun de nous.

"C’est clair », « Absolument », « Voilà », « Hallucinant »,
« Grave », « Juste pas possible », « Comme ça », « C’est une contre-vérité> », 
« Impacté », « C’est évident », «C’est du pur bonheur»...  
Bon j’arrête, c’est sans fin et ça "m’gave grave" !!!

Pas une phrase sans au moins un de ces tics verbaux.
Étranges, non, tous ces gadgets polluant nos discours.

Toutes les conversations sont ponctuées de ces petits mots.
Comme une virgule. Un point d'exclamation.
Ils permettent d'agrémenter, de combler, souvent de reprendre pied
si on ne sait plus trop où l'on en est dans notre élocution défaillante.

Grâce à la télé et à la radio,
où le silence est un pêché, ces tics de langage prolifèrent.
"Hallucinant" !
A moins de jouer au célèbre jeu « ni oui ni non », 
pourquoi dire « absolument » 
ou « tout à fait » 
quand un bref « oui » suffirait ?

Tout simplement parce c'est devenu un tic social et même générationnel.
Car à chaque âge, son tic de langage.

Vous vous imaginez vous, asséner un « grave » tous les deux mots ?
Pas plus que vos petits enfants ne diraient " impacté ou surréaliste".


Ce qui est drôle, c'est que ces petits mots "qualifient" la société
dans laquelle nous vivons et donc nous même.

Prenons l’envahissant « c’est clair »,
alors que jamais le monde ne nous a paru aussi... opaque et faux fuyant !
Ou la formule « entre guillemets » qui permet 

« de dire sans dire tout en le disant ».
Ne traduit- elle pas une certaine frilosité ?
Ah, la langue de bois si décriée mais tant utilisée....

Que dire encore de l’obsédant « je gère », terme économique qui envahit
même nos propos les plus intimes.
Car désormais, nous gérons tout : notre budget comme la caisse du chat
qu'il faut nettoyer ou encore notre dernier échec amoureux.

Il y a aussi – mais la liste est sans fin – les mots 
qui ferment la porte à la discussion,
comme « c’est évident », qui renvoie l’interlocuteur à sa stupidité.
Ou encore le « point barre », qui vous claque la porte au nez,
mais surtout empêche tout prolongement éventuel de l'échange.

Aurions-nous peur de la contradiction ?
Et dire des « voilà » ou « vous voyez », alors qu’il n’y a rien à voir…
et rien à entendre bien sûr  !

Mais peut-on  se débarrasser d’un tic ?
Difficile, sans doute pas impossible sauf de passer pour un ringard
qui utilise un langage châtié et bien posé.
"Ça craint" !!

Essayez de dire non, sans rien ajouter derrière,
évitez le « pas du tout » ou « absolument pas ».
Faites le test, pour voir...
C'est marrant.

On a l’impression de n’être plus dans l’air du temps !!
Et vous vous apercevrez alors à quel point notre conversation
est émaillée de ces tics.
Parce que là, c'est "juste plus possible" ...