mercredi 6 juillet 2016


Afficher l'image d'origine


Nombre de femmes se font augmenter le "bonnet"  
persuadées qu'elles sont que,
même l'homme le plus intellectuel,
est un amateur compulsif de grosse ... poitrine  !!

Pourtant, nul ne devrait ignorer 
que la séduction fait surtout intervenir
le regard, le verbe, le charme, le caractère …

Enfin, faut croire que le superflu prime
un peu comme la grosse bagnole
chez nombre de nos contemporains.

Mais c'est vrai que c'est plus facile 
de modifier son aspect extérieur 
que de faire évoluer l'intérieur !!
je parle pas de la voiture ...

Pourtant, songez à la façon dont les hommes 
ou les autres femmes ironisent :
«oh, elle s’est fait gonfler..."
L’expression sili-conne témoigne aussi de ce mépris de la retouche.

Mais de nombreuses femmes restent persuadées
que l’apparence physique est l'atout majeur,  voire indispensable
mais pour quoi, au fait ?

Je reconnais que les hommes prennent un air passablement …
(je ne sais pas quel qualificatif utiliser !) 
devant un décolleté profond, silicone ou pas.
On peut comprendre que la gente féminine soit impressionnée
par cette fascination mâle pour leur poitrine.

Beaucoup semblent en détresse et souhaitent une «reconstruction»
qui ne concerne, en fait, pas que le sein,
mais aussi quelque chose de beaucoup plus ... complexe à retaper : l'ego.

Belles pour être aimées, désirées, belles pour exister dans le regard d’autrui ?
Sans doute, mais c’est pas intégrable facilement.
"Je veux retrouver mes seins ! C’est pour moi, rien que pour moi, pour ma féminité »
Belles pour se trouver belles, donc.

Bon, on va pas les chicaner pour ce détail de vocabulaire… ou de motivation.
Cette idée de poitrine-vitrine sensuelle est entretenue 
par la médiatisation outrancière du sein dans notre société et son omniprésence.
Il symbolise la vie triomphante, la réussite
(ne dit-on pas avoir une poitrine opulente, généreuse !)

Il fut pourtant un temps pas si lointain où les femmes ne rêvaient
que de petites poitrines à la Birkin.
C’était plutôt mignon … (enfin là ce n’est que mon humble avis !)

Alors, la séduction ! une histoire de volume mammaire
petit, gros, médium ?
oh, pas que, j'espère !
mais surtout de personnalité, de culture et d'ouverture aux autres !

Allo, non, mais allo, quoi !!!
t'es une fille et t'as pas de gros ....



Afficher l'image d'origine

lundi 4 juillet 2016


Afficher l'image d'origine

C'est d'la folie ... ?

Fol mot entendu de plus en plus souvent dans notre environnement 

et jeté comme un diagnostic rédhibitoire 
sur cette société fantasque
que nous supportons plus ou moins difficilement
et, il faut l'avouer, mot que l'on utilise soi-même 
un peu trop aisément pour évoquer dans notre quotidien
la "vie de fou que l'on mène" 
ou "les fous de la route"
ou encore 
"des fous ? mais on en croise à tout moment dans la rue" !!!

La raison de cet anathème de déraison lancé à tout vent, 
c'est le plus souvent un simple comportement que l'on accepte pas,
qui nous gêne, que nous ne comprenons pas !

Comme s'il pouvait y avoir un comportement ... raisonnable
commun à tout un chacun.
Voilà bien un raisonnement déraisonnable !!

C’est pourquoi, 
il faut s'efforcer de ne voir, regarder, entendre 
que des êtres humains à l'intelligence "mobile" 
et aux comportements variables ... 
pour de multiples et complexes raisons personnelles, culturelles.

 Plus on accepte de voir et entendre sans préjugés, 
moins la "folie" supposée nous inquiète
et moins nous sommes troublés
de cette différence  
qui agitent tellement les consciences humaines.
au point de se déchirer et s'entretuer.

"La folie" ne désigne pas seulement l'individu
mais la déraison au quotidien de la vie en société 
ou comment des logiques rendues ou devenues absurdes gèrent,
conduisent, orientent nos vies
(posséder, dominer, …) 
nous tirent vers les pires démons humains : 
l'envie et la jalousie de l'autre.

Dessin psychiatrie collectif 39


 Afficher l'image d'origine