dimanche 29 novembre 2015


Afficher l'image d'origine

Un mensonge satisfaisant 

ou une vérité douloureuse ?


Dur dilemme ?

Pas tant que ça, je vous rassure !
la presque totalité des humains opte 
pour la première solution avec aplomb et sérénité !

D'ailleurs, ceux qui pratiquent la seconde 
sont souvent perçus comme des pervers ...
qui veulent faire mal !
Quand on veut se débarrasser des importuns, 
on dit qu'ils ont la rage !

Lorsque j'entends le citoyen lambda critiquer les politiques,
leur reprocher de pratiquer la "langue de bois", 
je me permets d'en sourire amèrement
car j'imagine leur pratique personnelle au quotidien.

Le compromis, toujours le compromis !

N'oubliez pas que la parole a été créée par l’homme
pour expliquer ou ... dissimuler sa pensée
suivant ses états d'âme
et ses besoins du moment !!

Afficher l'image d'origine



jeudi 26 novembre 2015



Afficher l'image d'origine

"C'est folie 
que de vouloir être sage 
dans un monde de fous"  

Erasme (de Rotterdam) -1467/1536- 
fils illégitime d'un prêtre et d'une fille de médecin, 
il avait émergé par surprise dans la vie 
avec un handicap de "bâtard".  !!
Il en avait fait une force et fut obsédé 
par la folie comportementale humaine.






L'eloge De La Folie - Collection Scripta Manent Ii . de ERASME





mercredi 25 novembre 2015




Afficher l'image d'origine

Un important site de clonage d'animaux
est en cours de construction en Chine,
avec pour ambition de "fabriquer" en série
chiens, chevaux et jusqu'à un million de vaches par an !!

L'usine se concentrera sur le clonage d'animaux domestiques, 
de chiens policiers, de chevaux de course et de vaches, tous destinés 
à être commercialisés à une échelle industrielle mondiale.

Quelque 100.000 embryons de vaches seront produits annuellement 
dans un premier temps, puis à terme un million est prévu.

Elle est pas belle la vie de demain ...

Je crois que le "clonage" est pourtant déjà commencé
par l'entremise de l'informatique !!!
et 
les "terroristes" actuels en sont un des avatars caractéristiques !!!


Afficher l'image d'origine



Afficher l'image d'origine



jeudi 19 novembre 2015


Afficher l'image d'origine


Jeter un p'tit regard sur la langue,

 ça vous dit ...

De tout temps, le lien principal existant
attirant mâle et femelle l'un vers l'une
et inversement
a été ... le regard.

L'homo sapiens mâle, cet animal si particulier, regarde

et la femelle ... aussi
et cherche à l'être encore plus
pour qu'il puisse se créer  entre eux ... un futur commun  !

La parole émergeant du néant
vint bouleverser le code visuel
et commença à modifier leurs approches mutuelles.


Peut être, ne triche t-on pas aussi facilement
avec un regard qu'avec des mots
mais on ne jongle pas non plus si aisément avec les mots,
il faut les aimer,
les apprivoiser peu à peu
et ils deviennent alors des alliés redoutables.

Afficher l'image d'origine





Preuve de cette importance prise par le langage,
la virulence et la violence physique surgissent souvent
chez ceux qui ressentent une frustration
dans leur non maîtrise de l'expression verbale.

Là encore, le regard joue toujours un rôle connexe

et parfois déclencheur.
"il m'a regardé" se justifie le bagarreur !

Aujourd'hui,
ceux qui maîtrisent la langue
prennent un avantage certain dans la relation humaine,
le regard, lui, ne vient plus qu'en .... soutien
ou en provocation ... supposée.

Les mots, impossible de dénouer les liens 
qui les rendent trop souvent incompréhensibles
par les autres.

On peut se demander si le langage n'a pas été inventé 

non pas pour faciliter les relations entre les hommes 
mais
pour imposer plus aisément son pouvoir .

"Quand il se tait
même le sot paraît sage"

Afficher l'image d'origine

samedi 14 novembre 2015


Afficher l'image d'origine

Souffrez-vous 
de la paraskevidékatriaphobie ?

comment vous ne connaissez pas ce barbarisme ?
affublant les phobiques du vendredi 13 
et qui tombe cette année en même temps 
que la journée de la gentillesse.
Un comble pour un mot imprononçable.

Généralement, être gentil,

 c’est plutôt perçu comme 
"être bonne poire ou vivre comme un bisounours" ?

Mais c’est aussi être à l'écoute, 
rendre service dans la mesure du possible,
ne pas faire du tort à l'autre, 
se montrer amical.

En somme, être réceptif aux autres sans plus ... 
et surtout sans arrière-pensée du genre
(qu'est-ce que ça va me rapporter !!!)

D'ailleurs, ça me fait penser que je me méfie toujours

des "trop gentils, trop polis".
J'arrive pas vraiment à croire à "l'innocence" de l'être humain !
Dommage ...



J'avais commencé cette petite brève pour le 13 

mais la soirée m'a perturbé.
J'ai en quelque sorte été secoué
par des claquements et autres explosions
qui m'ont fait mal au cœur.
En tous cas pour une journée de la gentillesse,
c'est une réussite ...




Je n'ai pas le mot qui convient mais

ma phobie à moi 
ce serait plutôt la bêtise,
celles des autres, bien sûr,
la mienne m'étant inaccessible ...

Afficher l'image d'origine



 Névrose ou paresse, 
tous les empêchements à penser notre place au milieu des autres
évoquent l'expression de la bêtise.


Afficher l'image d'origine

Ce qui aide, c'est une bonne dose d'ouverture d'esprit, 
un brin d'audace relationnelle, 
un peu moins de certitudes idéologiques...

Si cela n'immunise pas à vie contre la bêtise, 
cela doit déjà nous protéger de ses excès.

Ce jour, je suis non pas Paris
mais phobique de la bêtise !

Afficher l'image d'origine


mercredi 11 novembre 2015













Afficher l'image d'origine


Perpète  .... 

Un hibou grand-duc, 
accusé d'avoir terrorisé ! les habitants 
de la ville de Purmerend aux Pays-Bas, 
va finir sa vie derrière les barreaux, 
a annoncé la commune, dimanche 8 novembre 2015.

Capturé par un fauconnier en mars, la ville assure 
que l'animal ne sera pas relâché.

 En début d'année, le hibou a commis une cinquantaine d'attaques 
contre les habitants de cette ville située au nord d'Amsterdam.

Son mode opératoire était toujours le même :
l'oiseau fonçait en planant 
 sur sa victime 
avant de prendre la fuite (sans rien lui dérober !)
après quelques coups de pattes rageurs.

Décidément, même les hiboux ne supportent plus les humains ...

Mais, d'évidence, les sanctions sont beaucoup plus sévères
pour les oiseaux.
Pour un délit identique de violence (avec la vénalité en plus),
un malfrat humain aurait eu droit (comme en France) 
à un "rappel à la loi"...
Des fois qu'il ne sache pas qu'on ne dérobe pas 
le porte-monnaie d'un vieillard en le bousculant !!

Le hibou phobique, lui, va regarder défiler des humains
depuis sa cage toute sa vie.

 La sanction du non respect des règles de vie en société 
reste LE problème crucial de nos démocraties
et les fait plonger inexorablement 
vers des gouvernements "autoritaires".

Car ce que l'être humain veut, c'est la sécurité 
et il est prêt consciemment (ou non) à remettre le pouvoir absolu 
entre les mains d'un homme ou d'une femme ! 
capable d'instaurer une sécurité publique pour tous.

C'est donc en aliénant leurs propres droits futurs que les hommes 
pensent obtenir protection et sécurité....
Un sacré paradoxe !



Afficher l'image d'origine

vendredi 6 novembre 2015




Ce matin, un peu de romantisme poétisant
en se brossant les dents...

Sur la terre, au bon temps de la (ré)création,
 il y avait deux avortons, dit-on.
Adam, mâle falot et Ève, femme fatale, croit-on
 Or, il se trouva un  beau matin de printemps, 

 Que notre blonde Ève eut la dent 
Mais, (surtout) au paradis, trouver un resto. 

Que nenni.

Juste un arbre avec de rouges fruits 
Des plus beaux, elle ne fit que quelques bouchées 


 Mais son créateur, surprenant ce sacrilège,  
De croque-pommes, lui envoya un sortilège  


Aussitôt, la belle se sentit embarrassée,
 De pectine, sa belle dentition s'était entachée 


Alors, voulant se nettoyer les dents,
Elle courut voir le brave Adam 


Ce dernier, nu comme un ver,
 Sur l'herbe faisait une sieste passagère.


 Et voyant arriver cette meuf bien foutue
 Il lui proposa naïvement son attribut  


 Dans sa bouche, notre Ève mit le drôle d'objet,
 Et se mit à frotter, heureuse d'essayer


Tant et si bien que, d'un encombrant nectar
 Adam fut soulagé sans retard 


Et Ève finit par retrouver de blanches dents
 C'est ainsi que naquit, par nécessité, la brosse Adam.

Afficher l'image d'origine

 Nom d'une pipe !
En voilà une belle histoire matutinale ...

Et pour finir, un peu de cul ture chimérique,
c'est à en tomber sur le c.. !

http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2015/11/01/lhomme-dont-le-fils-etait-de-lui-sans-letre/

si même notre corps cherche à nous tromper 
aussi sournoisement,
où va-t-on 
ou plutôt
d'où vient-on ?  
:) 





lundi 2 novembre 2015




Le romantisme, 
c'est pas votre tasse de thé ?

Alors, vous êtes bon pour lire Schopenhauer !

Ah, l’amour… et la sémantique qui va avec !
Voici un philosophe qui ne s'en laisse pas conter ...
qui ne se laisse pas esbroufer.

Pessimiste incurable considérant la vie comme un chemin de souffrances
et de tracas, Schopenhauer fait basculer les "bisounours" dans les orties !
Aie aie aie, ça pique mais ça "réveille"
(enfin ceux qui ont envie ou peuvent être réveillés)


Ne lui parlez pas de beaux sentiments, d’élans passionnels.
Pour lui, l’amour est essentiellement affaire de libido,
avec sous-jacent le désir inné de reproduction dans le viseur des 2 sexes.
Tel est l’enseignement de sa « Métaphysique de l’amour".

Désenchanté, déprimant, Schopenhauer ? 
Ben, oui, forcément un peu,
mais on peut voir dans le sombre philosophe allemand
aussi une sorte de consolateur… 
devant la perte de nos prétentions au bonheur sentimental
que l'on abandonne toujours ...
un jour ou l'autre !

Bonheur qui n'est pas la finalité de notre existence.
Non, car la finalité de tout ce qui vit, 
c'est la survie de l'espèce,
 rien de plus !...
Désolé...

Que ça se passe dans une forme de sentiment de bonheur
ou dans les pires difficultés existentielles, 
l'important, c'est la vie... à venir.




Osez la cure Schopenhauer pour éprouver vos (dés)illusions 
avant qu'elles ne vous prennent la tête !
Et vous vous sentirez curieusement ... mieux !!

La sexualité 
quand elle est maîtrisée par le cerveau,
ça va tout de suite mieux 
que l'inverse !