jeudi 26 février 2015



Vous commencez à connaître
mes sujets de réaction préférés.

Après le religieux saoudien Bandar Al-Khaybari affirmant, il y a 15 jours, que la Terre ne tourne pas sur elle-même 
et encore moins autour du soleil en s'appuyant sur des citations du Coran et par "le bon sens" commun (le sien ?),

voici un nouvel exemple que je ne peux m’empêcher 
de vous proposer à la  lecture attentive.
Vous allez en rester les yeux ... ébaubis !




"Une journaliste saoudienne de la chaîne Rotana TV 
interrogeait un historien saoudien
 sur des thèmes de société.
Nadine al-Badeir a piqué un fou rire 
lorsque Saleh al-Saadoon lui a expliqué, 
très sérieusement, que si les femmes ne conduisaient pas
en Arabie Saoudite, c’était tout simplement ...
pour ne pas se faire violer en cas de panne.
L’homme a commencé son argumentaire par ces mots :
« Les femmes peuvent monter un chameau, 
alors on peut se demander ce qui les empêche de conduire une voiture. 
Mais, en Arabie Saoudite, nous avons des circonstances particulières. 
La ville d'Arar est située à 150 km d'Al-Jawf. D'Al-Jawf jusqu'à Al-Hail, 
il y a 400 km. Si une femme se déplace d'une ville à l'autre 
et que sa voiture tombe en panne, 
que va-t-il lui arriver ? "

On peut savamment en déduire que pour lui, le risque de viol 

est proportionnel à la distance parcourue par la voiture.
Et si la saoudienne tombe en panne dés le départ, 
elle ne risque rien car elle peut rentrer à pieds ?  :)




"Pourtant, en Europe et dans le monde arabe, les femmes conduisent", 
lui a rétorqué la journaliste. 
"Elles se fichent d'être violées sur le bord de la route, nous non...", 
a répondu, sans sourciller, l’historien, fin connaisseur de l'Occident.
Pour que l'homme de science désertique aille jusqu'au bout de sa pensée,
la journaliste a poursuivi : 
"Vous avez peur qu’une femme se fasse violer par des "patrouilleurs",
mais vous n’avez pas peur qu’elle se fasse violer par son chauffeur ?"
"Evidemment que si" reconnait le fin limier saoudien.
Et après quelques secondes d'intense réflexion, il ajoute :
"Il y a une solution, c’est de faire venir des conductrices étrangères
pour conduire nos femmes"
a expliqué doctement Saleh al-Saadoon.

Ben oui, mon p'tit gars, comme ça, 

y aura 2 femmes à violer dans la voiture !
Ah, non, c'est vrai, j'oubliais que l' Occidentale s'en fiche.
On pourrait même lui mettre un badge du genre : "j'aime ça".


L'argumentaire du protecteur de la femme saoudienne a provoqué
un fou rire incontrôlable de la journaliste connue dans son pays
pour ses positions en faveur des droits des femmes.

Il vaut mieux en (sou)rire qu'en pleurer...
et pourtant ... 
c'est à désespérer de l'"intelligence" humaine.

Résultat de recherche d'images pour "femme volant arabie saoudite humour"

Il me semble que cet érudit a oublié certaines "solutions"
tout aussi efficaces :
- le cadenas pour limiter l'accès à l'objet de la "convoitise" masculine !
- ou encore, plus rédhibitoire,
l'homosexualité obligatoire pour tous les saoudiens
ce qui supprimerait définitivement
toute inquiétude pour les femmes saoudiennes en véhicule.




::))

mardi 24 février 2015





Un article de la presse américaine 
repris par des dizaines de médias à travers le monde évoque le témoignage 
d'un prêtre "revenu à la vie" qui affirme que dieu est une femme.

En résumé : un prêtre de 71 ans est amené aux urgences de Boston fin janvier 2015 après avoir fait une crise cardiaque. Il est cliniquement mort ! 

Mais, le vieil homme finit par "revenir" à la vie et raconte alors sa "rencontre" avec dieu ou plutôt déesse !!

Une "belle histoire" créée de toutes pièces par un site d'informations satiriques, genre "le gorafi" en France.

Dommage ...



Dieu était humour,

on sait maintenant qu'il est peut être aussi amour !

J'espère que Charlie va reprendre l'info 
et nous sortir un beau "dessin" de  ... Mahomette !








Si j'entend dire : 
"Je m'en fous !"
je pense toujours le contraire.
Non, il ne s'en fout pas du tout !

Esprit mal tourné que je suis !!

Et je cherche aussitôt à savoir pourquoi
ça préoccupe autant le "j'm'en foutiste"
que je pense qu'il s'en fout ...

La vérité restera toujours cachée dans un "virage" ...
de son cerveau mais
l’essentiel est de se poser la question 
du pourquoi cet évitement.


 Jean Jaurès :
" on ne transmet pas ce qu’on sait, 
ni ce qu’on veut, 
on transmet ce qu’on est. "

Fin limier le Jaurès ...


samedi 21 février 2015


Des illusions et 
désillusions ...
nde mep def 14

nde mep def 15
nde mep def 26
nde mep def 27
                                                                                          d'après Fiamma Luzzati -Le Monde blog



mercredi 18 février 2015


Au nom de dieu ... aujourd'hui

L'Occident est désormais, cerné, pourchassé, perdu, coincé. 
 Comme au 17e siècle face au noir et à l'indigène : 
doit-on soumettre l'Occident ? le convertir ? le rééduquer ? le remplacer ? 
lui mettre les fers aux pieds ou imposer notre dieu dans sa tête ? le déplacer ? 

Les prises d'otages des touristes/journalistes ou humanitaires 
dans les déserts du monde ont inversé les pôles : 
la traite du blanc est monnaie courante. 
Le marché des esclaves, tarifs et soldes, concerne le blanc-marchandise, 
pas le noir, le brun ou le jaune. 
Comme autrefois : certains sont échangeables contre des rançons, 
d'autres sont corvéables
voire jetables par égorgement.

Face à lui, on retrouve les vieilles attitudes : 
les plus sincères veulent le convertir par la force ou la pédagogie. 
D'autres le traitent avec mépris. 
Est-il humain d'ailleurs, le blanc ? 
Sinon, il faut peut être le décimer s'il ne se convertit pas. 
A quoi ? A l'Islam, ou à nos modes, nos convictions. 
Comme autrefois : on veut le sauver de la « misère morale », de ses crises, 
de sa pauvreté d'âme. 
C'est pour son bien...

On peut trouver ce qu'on trouvait avant dans les géographies des négritudes : 
le blanc soumis, le blanc vaincu, le blanc récalcitrant, le blanc intelligent, 
le blanc métis, le blanc éveillé et le blanc endormi et 
le blanc qui essaye de renommer ses divinités ou changer ses danses. 


media


La blanchitude est désormais la grande question du 21ème siècle, 
après la fin des grands courants de l'exploration/colonisation. 
Il veut détruire le mode de vie du « Blanc », lui prendre sa géographie, ses valeurs, 
ses libertés et enclencher inversement la « traite du blanc ». 
Cycles de l'histoire...


L'islam est un prétexte pour les "djihadistes, les islamistes ou les prêcheurs."

Sur le fond, s'épanouit le refus de la différence, la haine viscérale ou la violence ou,
plus prosaïquement, le désir de dominer un ex-dominant. 

Charlie ? un prétexte, la caricature aussi. 
La réalité, c'est le rejet, le déni, la haine ou la vengeance ou la violence. 

Une preuve ? 
On ne manifeste pas quand Daech brûle, immole ou égorge 
et porte atteinte à l'islam, mais on s'offusque 
d'un dessin et d'une caricature.

Car si dessiner un prophète heurte plus que de se prendre pour un prophète, 
c'est que le fond du problème n'est pas l'Islam ou l'atteinte à l'islam 
mais l'Occident 
et la haine de l'Occident.
Un orage se prépare ...


Dans chaque église, il y a toujours quelque chose qui cloche. !! 


dimanche 15 février 2015


Résultat de recherche d'images pour "battements de coeur"

En pleine période de saint Valentin,
voilà une étude qui va faire battre les cœurs ...

Des neuroscientifiques travaillent sur des remèdes contre ... les peines de cœur !
Mais a-t-on besoin, dans la société du XXIe siècle, 
de médicaments "bloquant" les sentiments ... ?
Il me semble (depuis déjà pas mal de temps !) 
que l'homme est bien prémuni contre cette "maladie" ... de cœur !!!

L'amour n'est qu'un phénomène ancré dans le système chimique du cerveau 
et qui a évolué en fonction des nécessités reproductives de nos ancêtres.
 Pour le romantisme, faudra repasser ... 
par une évolution qui va prendre du temps !!

Mais l'américain Brian D. Earp semble s'y connaitre en sentiments 
car ce spécialiste de l'éthique scientifique a écrit 
sur les biotechnologies anti-amour
comme traitement contre les peines de cœur et raconte au New Scientist 
qu'il existe plusieurs possibilités de médicaments "anti-amour".
Pour ses recherches, Larry Young, de l'Université d'Atlanta, 
a injecté à des campagnols femelles des médicaments bloquant
soit la dopamine, soit l'ocytocine,
un neurotransmetteur et une hormone
qui jouent sur le comportement et régissent notamment 
la prise de risque, l'empathie et l'attachement.

Il s'est rendu compte que ses "campagnolettes" étaient devenus polygames
(heu, je connais pas mal d'homo erectus 
qui n'ont pas besoin de se faire piquer pour "polygamer"  !!)




"Cela veut dire qu'il est possible de bloquer l'oxytocine
et donc l'attachement à long terme" qu'il dit le savant monsieur Amour.

Ah bon, parce que les hommes, c'est comme les campagnols ...
on a peut être quand même pas les mêmes moyens !

"Cela pourrait se révéler utile pour sortir d'une dépression
lié à la perte d'un être cher.
Mais faut-il mettre de telles solutions à portée de tous ?"
Je pense qu'il y aurait un réel marché" affirme-t-il,
"mais je ne le recommande certainement pas."

Oh ? et alors, pourquoi avoir cherché ?
pour les beaux yeux des campagnolettes  ?

Le danger principal de ce genre de médecine, selon B. Earp, 
est que "les gens auront tendance à se tourner vers 
les médicaments pour régler leurs problèmes, les empêchant 
de réfléchir aux vraies causes de leur souffrance.
Si je sors d'une mauvaise relation amoureuse, je dois d'abord réfléchir 
à ce qui s'est passé et non prendre une pilule 
pour passer à une nouvelle relation."

Ah ben oui, c'est vrai que les campagnols, ça n'a pas d'état d'âme ...

P..., voilà que les chercheurs se mettent à avoir 
des "reflux" psychologiques
quand ils découvrent quelque chose.

Qu'est que tu en penses, Sigmund ? 

Il lève les yeux au ciel, c'est pas bon signe !



jeudi 12 février 2015


Florilège ... !






avec cette "viennoiserie" asiatique, si tu conclus pas, mon gars ...



Résultat de recherche d'images pour "saint valentin humour noir"



en matière d'équipement sous-terrain, faut pas lésiner sur les excès de "beaufitude" ...






et on finit avec le chat (comme souvent)
car il est de bon conseil !




mardi 10 février 2015






"Le désir n’a rien d'illégal." 

C’est avec cette ligne de défense 
que Dominique Strauss-Kahn veut convaincre 
les juges du tribunal correctionnel de Lille
de son "innocence" (aux innocents les mains pleines !)




Il présentera donc cette défense inattendue :

la légalité du désir (sexuel dans ce cas !)


Mais, cher DSK, 
le désir non contrarié par la loi
et non maîtrisé par notre volonté,
est à l'origine des maux, 
de tous les maux de ce monde merveilleusement ... désirable.

Désir de pouvoir,
d'argent, 
et de ... sexe
et les 3 sont toujours étroitement imbriqués
(j'ai failli taper "lubriqués", va savoir pourquoi !! ..)

Tu es un symbole de cette trilogie : 
plein de suffisance vis à vis des autres,
seul compte ton bon plaisir
et ta jouissance ... d'ego.

Au fait, Dominique, sais-tu que dans ce cas,
tu peux te masturber
pour le même résultat jouissif,
sans sacrifier la liberté de l'autre.






Un verdict final qui ne reconnaîtrait pas la culpabilité de DSK deviendrait une victoire symbolique évidente pour tous ceux (et ils sont nombreux !) qui aspirent à un retour à une société patriarcale dans laquelle les décisions sont prises par les hommes, du champ de bataille à la chambre ... à coucher.



vendredi 6 février 2015




On annonce à grands coups de ... langue
l'arrivée de "50 nuances de grey" à l'écran.


Un libraire résume Cinquante Nuances de Grey en huit mots


"50 nuances de graisse" conviendrait mieux ... 
à ces romans pour ménagères de 50 ans aux cheveux "grey"
en recherche de sensations oubliées ... ou inconnues.

Je crains le pire concernant le film ...


Avec dans le même temps, la mise en pâture 
sur la place publique
des frasques de notables du Carlton de Lille ...
orchestrées par Dodo le Saumon
qui va l'avoir ... saumâtre !

Tout ça n'est que le "sein-bol"
d'une impuissance ! évidente 
à maîtriser notre ... humanité et
notre cul ture littéraire !!

:)










jeudi 5 février 2015


Un peu d'espoir ce matin ... 

Dis-moi, combien pèse un flocon de neige ? » demanda la mésange à la colombe.
« Rien d'autre que rien » fut la réponse.
Et la mésange raconta alors à la colombe :
« J'étais sur une branche d'un sapin quand il se mit à neiger. 
Pas une tempête, non, juste, comme un rêve, doucement, sans violence. 
Comme je n'avais rien de mieux à faire, je commençais à compter les flocons qui tombaient sur la branche où je me tenais. 
Il en tomba 3.751.952 ! 
Lorsque le 3.751.953ème tomba sur la branche,
rien d'autre que rien, comme tu l'as dit, celle-ci cassa. »
Sur ce, la mésange s'envola.
La colombe, une autorité en matière de paix depuis l'époque d'un certain Noé, 
réfléchit un moment et se dit finalement :
« Peut-être ne manque-t-il qu'une personne 
pour que tout bascule 
et que le monde vive en paix ! »

mardi 3 février 2015






Ah, la bêtise !!

 Un manque d’intelligence ?
ou plutôt
est-ce une forme de jachère intellectuelle 
en quelque sorte le cerveau est délaissée par le propriétaire
ou encore, pourquoi pas, 
un dysfonctionnement de la "raison"... ?

Il me semble qu'on y trouve assez souvent un manque de volonté !

Une forme d'extension intellectuelle  de la fainéantise 
dont la caractéristique ultime est cette déclaration fracassante :
"ça me prend la tête !"
pour signifier que 
réfléchir,
ça fait mal à la tête !!

Je pencherai pour un compromis de tout ça ...



"L’homme sot a-t-il la cervelle « qui grince » à chaque effort"
selon l’expression de Nietzsche ? 

Soyez en sûr, la bêtise (ou sottise ?) est un ennemi invisible 
qui peut frapper et se montrer à tout instant.

Car il semble que nul ne puisse prétendre 
lui échapper un jour ou l'autre - constat désespérant, non ! 
mais certains succombent plus souvent …
c'est du moins ce que chacun d'entre nous pense 
en évoquant les autres  !!!




On se comporte toujours sottement à un moment ou à un autre 
parfois même notre bêtise nous surprend (désagréablement bien sûr) :   
"mais qu'est ce que j'ai été bête !" 
ça ne vous dit rien  ...
qui dénote un certain manque de confiance en soi mais
en même temps une forme de réalisme 
que l'on peut considérer comme rassurant !

 Évoquer sa sottise 
est un effort mental qui ne peut que contribuer 
à nous rendre un peu moins bête !!

D'où l'effort que je viens de produire
  qui, je l'espère, sera productif !!



lundi 2 février 2015


légumes tordus

Un peu de promo pour un comportement  de consommateur "intelligent" !

Mangez des légumes tordus ...
Ils sont aussi bons, moins chers et ...
stimule l'imaginaire !!! 
:)






Les actions de sensibilisation au gaspillage alimentaire se poursuivent toute la semaine prochaine, à Fougères, avec de nouveau des distributions de soupe.




et pour finir un p'tit bisou
pas si tordu !

fruits et legumes tordus


dimanche 1 février 2015


Histoire à vous faire dresser les cheveux sur la tête !

 A l'enterrement d'un roi d'Arabie, Michelle Obama et son époux 
comme beaucoup d'autres.
Ira-elle cheveux nus ou voilée ? 
La première dame US a opté pour les cheveux nus, 
face à des monarques aux cheveux cachés 
et aux femmes enterrées. 
Le message était pensé car, en Indonésie, elle avait pris le soin de se couvrir la tête.
Il s'agissait bien d'une déclaration pour les femmes et pas seulement d'une coiffure !
pour rappeler que dans ce royaume qui s'est accaparé la Mecque, l'Islam et le lever du soleil, les femmes sont voilées, cachées, enterrées, frappées, interdites de conduire, de décider, de se promener seules (sauf accompagnées 
ou avec un bracelet électronique comme du bétail tatoué.)
 Michelle Obama est venue tête nue, a été reçue, on n'a pas osé la voiler 
comme on le fait avec les Saoudiennes que l'on met dans les sachets noirs, 
on lui a souri, elle a dit et rappelé que ce pays est absurde, tue, condamne la fabrication des bonhommes de neige, lapide, décapite en plein rue. 
Cela rappelle que ce pays est la matrice du mal du siècle : le terrorisme, 
qu'elle fabrique du kamikaze, lieu de naissance des fatwas, 
des dérives de cet islam wahhabite.
Et  face à l'Arabie Saoudite, l'Occident a parlé par deux voix de femmes. 
D'un côté, les cheveux de Michelle Obama et, 
de l'autre, la "concubine" Christine Lagarde qui dira du défunt roi :
«De façon très discrète, c'était un fervent défenseur des femmes».
Il fallait oser ..
 Une Saoudienne lapidée n'aurait pas dit mieux !
 C'est ainsi. 




De cet enterrement, retenons les cheveux de Michelle, 
la prosternation de Christine, 
... et le dos de Raef Badawi.