mardi 20 mai 2014


Un homme sentant sa fin prochaine, 
prit ses dispositions pour régler sa succession. 

Son troupeau de chameaux serait réparti entre ses trois fils 
selon l'ordre suivant : 
le premier, en vertu du droit d'aînesse, recevrait la moitié, 
le second hériterait du quart, 
quant au cadet, il se contenterait du sixième. 

A sa mort, ses fils furent bien embarrassés : le partage se révélait 
impossible, dès lors que le troupeau s'élevait à onze chameaux. 

Alors qu'ils en étaient déjà venus au conflit à propos de ce partage, 
ils convinrent de soumettre l'affaire au "sage du village". 
Celui-ci, après avoir entendu les parties, réfléchit, 
traça quelques signes sur une feuille et finalement déclara : 
« Prenez un de mes chameaux, 
faites votre partage et vous me le rendrez ensuite». 

Interloqués, mais peu enclins à contredire cet homme à la sagesse reconnue, les frères s'en allèrent avec le chameau. 

A leur grand surprise, ils ne tardèrent pas  à réaliser 
l'ingéniosité du sage : avec douze chameaux, le partage devenait fort aisé.

Chacun reçut sa part et 
le douzième chameau ne manqua pas d'être aussitôt restitué.

A vos calculettes ...





lundi 19 mai 2014


Un petit mot 
(sûrement très c...) 
inspiré par une sorte d'agacement existentiel...

Le comportement humain semble marqué du sceau de la c...
Mais heureusement, ce n'est pas un état permanent.
Et on est tout à fait susceptible de progresser dans la maîtrise de sa c...
avec un peu de ...
un peu de ,... un peu de ... 
de quoi au fait ?

Peut on vraiment éviter de se comporter comme un c... 
dans certaines situations.

On tombe lamentablement dans cet état sans s'en rendre compte.
L'élément déclencheur semble irrationnel mais ce n'est qu'une apparence
comme tout ce qui agite l'homme.

On croit que ....
et ce n'est pourtant que ....
notre manque de contrôle affectif, notre excès de sensibilité, 
notre émotivité.

On a toujours peur de ne pas ...
et le résultat c'est qu'on se comporte comme des c... 
dans nombre de situations pourtant banales  !!

Souvent, notre manque de souplesse psychique conduit à passer 
beaucoup trop de temps et d'énergie à ergoter sur des détails 
ou des faux-semblants pour paraître.

Il y a un vrai refus de "respirer" sincèrement
pour savoir mener sa vie.
C'est plus facile et moins fatigant de déc... , de délirer !

La c... facilite tellement bien le quotidien 
que, très souvent, lorsque deux personnes se rencontrent 
(c'est encore pire à plusieurs !),
seules leurs c... respectives engagent véritablement un dialogue !!

Sur le plan relationnel, ce n'est rien d'autre que de la facilité, 
une sensation d'échapper 
à d'éventuelles erreurs de comportement devant l'autre.

Un tel échange superficiel ne peut que mener 
à des rituels relationnels exaspérants et surtout insatisfaisants 
mais dont on se satisfait par complaisance envers nous !!

Bon, faut bien reconnaître que, dire que l'autre est c..., 
c'est une appréciation personnelle,
rien de plus !
et c'est surtout une c... de plus 
qui essaie de nous dédouaner de notre incompréhension de l'autre.







samedi 17 mai 2014


Langage
quand tu nous tiens par le bout de la langue ...

Nous échouons trop souvent lamentablement
à traduire clairement
ce que notre esprit  éprouve.

De plus, notre langage traduit une pensée, un désir ... de l'instant.
Mais rien de plus fluctuant que l'instant, n'est ce pas,
alors, celui d'après ... nous voit déjà différent,
 nous fera sûrement traduire 
cette pensée différemment.
Il faut l'accepter ...


On a la preuve tous les jours de cette superficialité du discours.
La prise de pouvoir des médias nous y confronte
et pourtant on veut continuer à croire en sa fiabilité,
sa pérennité,
ça nous rassure.

C'est pour cela que les promesses 
ou autres déclarations de tous ordres
ne valent que pour l'instant 
où elles sont prononcées !!







Et, allez, une petite réflexion féline  !