mercredi 26 mars 2014


Le dernier film de Resnay ...
"Aimer, boire et chanter"
Un programme pour "bisounours bobo" 
qui va faire des entrées
car le réalisateur est mort ...
et on est toujours plus "admiré" 
mort que vivant !!!

De plus, ce genre de bluette sentimentale
fait rêver  !!
les hommes 
parce qu'il y a un séducteur patenté 
qui fait défaillir ces dames
(ce dont rêvent tous les hommes)

les femmes 
parce qu'il y a un séducteur (invisible)
qui les fait fantasmer 
et c'est ce qu'elles préfèrent !!!

film à éviter
sauf si ...



oh là là 
je sens que ça va pas plaire ... 


mardi 25 mars 2014


Le commérage.

Parmi les activités humaines remarquables,
le commérage tient une place de choix
car c’est le moyen le plus … utilisé pour transmettre l’information
vraie ou … fausse
sur nos congénères.

Mais il faut préciser ce que l'on entend par commérage 
et l'élargir à : "rapporter, raconter des faits sur une ou des autres personnes"
Au premier abord, cela peut apparaître comme une activité futile, 
voire ...néfaste aux bonnes relations humaines. 

D’ailleurs, l’appétence humaine pour le commérage provoque plutôt 
des gorges chaudes et des critiques surtout si l’on en a été l’objet 
(mais on est rarement au courant des commérages sur soi, n'est ce pas !)

Pourtant, le commérage participe réellement à la connaissance des autres
car les « révélations » sont plus souvent (un peu) justes
que (totalement) fausses même si elles apparaissent avec un trait un peu forcé,
ironique voire franchement détestable !

Mais comme le dit le dicton « il n’y a pas de fumée sans feu » hé hé …
En effet, le commérage et son écoute nous permet d'ajuster, de modifier nos
relations avec les autres en fonction de la connaissance des faits révélés ou entendus.
Ce réajustement relationnel vaut bien évidemment aussi (et peut-être surtout !!!) 
pour le ou la commère !!

Il faut donc toujours prêter l'oreille aux commérages … ce que nous ne nous gênons
pas de faire tous, sans exception !!!!!
Je ne connais personne reconnaissant "commérer" !
Mais je ne connais pas non plus de personne qui n'est jamais "comméré"... je le sais,
je les écoute ... et je participe !

Bon, après, bien sûr, nous n'avons pas tous les mêmes pratiques. 
Je crois même que certains persuadés d'avoir une bonne info « de source sûre »
la colporte ... volontiers et ça devient une rumeur !

Que ce soit vrai ou pas, déformé ou non ne change rien à l'affaire.

Finalement, la vérité ou l'erreur,
voire le mensonge, n'existe-t-il pas en tant que tel
que pour celui qui ...écoute !!!



samedi 22 mars 2014



Nous sommes tous confrontés à ce fonctionnement de l’esprit humain
qui nous fait croire des choses
… incroyables.

C’est ce que l’on appelle la crédulité :
tenir pour recevables des informations qu'en d'autre temps
et d'autres moments, vous ne croiriez absolument pas.
Question d'état d'esprit ...

Dans le traitement d’une information reçue par notre cerveau, 
deux filtres interviennent (devraient intervenir !) en même temps 
pour « valider » ce que l’on entend.

Primo, un filtre étudie l’information sous l’angle de sa crédibilité.
C’est notre sens logique, notre acuité critique qui apprécie,
en fonction de notre expérience,
de nos connaissances personnelles.
La source à ce niveau n’a pas vraiment d’importance.
C’est notre intellect qui décide si l’info est recevable ou non.

Malheureusement, dans le même temps, notre filtre émotionnel,
lui, classe l’information uniquement
sur le registre de la reconnaissance de la source comme potentiellement fiable ...
et nous croyons sans remettre en cause quoi que ce soit
et en n'utilisant pas du tout le filtre précédent !
Étonnant, non ! comme dirait le regretté pierre Desproges.

Et bien, presque toujours, l’homme retient les informations 
en fonction de leur source
et non de leur plausibilité.
Nous sommes esclaves de la source et
du crédit que nous accordons à la personne qui nous informe.

La liste des situations est exhaustive puisque qu'elle n' épargne rien ni personne
 (famille, religion, politique, commerce, ....)
Bien entendu, nous n’avons que très rarement conscience de ça
et surtout on ne le reconnait jamais !
même si on se retrouve dans la panade après une mauvaise expérience !!!!!

Au fait, vous n'êtes pas du tout obligé de croire ce que je viens d'écrire !
même si vous m'aimez bien. :)
Faites fonctionner le filtre n° 1.



vendredi 21 mars 2014



Aimer c'est souffrir.
Pour ne pas souffrir, 
faut il donc ne pas aimer ?

Mais alors, on souffre de ne pas aimer !

Etre heureux, c'est aimer
Etre heureux, c'est donc souffrir !
Mais souffrir rend malheureux ...

Donc pour être malheureux, 
on doit aimer, 
aimer souffrir 
et souffrir d'être trop heureux.
Vous me suivez ...
P... d'intello !

"Sedeamus et calculemus"
(asseyons nous et calculons)
comme aurait dit Leibniz
(c'est à dire : nous n'avons rien de mieux à faire,
alors raisonnons donc un brin,
ça passera le temps
avec l'impression de ne pas le perdre !!)


Ne plus perdre de temps



mardi 18 mars 2014


En allemand,
 "contraceptif oral" se dit 
"Schwangerschaftsverhütungsmittel".

 Quand vous avez fini de le prononcer, 
il est déjà beaucoup ...
trop tard
pour l'avaler.
:)


lundi 10 mars 2014


A quoi te sert il, Socrate, 
d'apprendre à jouer de la flûte 
avant de mourir ?

- A savoir jouer de la flûte 
... avant de mourir !

??



ça, y savait incontestablement jouer de la "flûte", 
(sans le savoir)
le Socrate !

l'aurait pu être ministre ... le gaillard !




samedi 8 mars 2014


En ces temps atones et démoralisants, 
le sport n’a jamais été autant mis sur le devant de la scène.
Pourtant, il est étonnant de constater 
que nous pratiquons de moins en moins d’activités sportives. 
Il y aurait en France entre 60 et 85 % d’adultes 
qui mèneraient une vie trop sédentaire.

Sportez-vous bien ?
Auriez vous  peur de la bigorexie ??
Non, ce n’est pas une sorte de luxation !!  
Ni une vilaine bactérie qui s'attrape dans les vestiaires. 
La bigorexie, c'est une addiction au sport 
qui s’explique par une recherche compulsive de la sensation de bien-être 
produites par les endorphines.

Ce sont les hormones qui sont sécrétées pendant le sport. 
Si aucune donnée sur le nombre de personnes addictes au sport n’existe, 
cette dépendance a fait une irruption dans les centres d’addictologie 
depuis le début des années 2000, 
au même titre que d’autres addictions dites « sans substances »
comme les jeux d’argent ou les jeux vidéo.

Méconnue, la dépendance au sport a même longtemps été considérée comme une pathologie « 
positive » par le corps médical. Une addiction silencieuse, plus difficile à faire reconnaître 
car pratiquer un sport est valorisé et valorisant.
Mais on sait aussi aujourd'hui que cette dépendance occasionne chez l’individu 
des souffrances aussi désastreuses qu’une addiction dite « classique ».
Et elles peuvent être nombreuses.

Cela va bien sûr de l'
état dépressif en cas de sevrage

au comportement « jusqu’au-boutiste » occasionnant des blessures graves 
voire irréversibles, en passant par le délaissement de la vie familiale et professionnelle
conduisant parfois à des divorces et à des pertes d’emploi.
Ceux qui sont particulièrement touchés, ce sont les sportifs qui pratiquent une activité d’endurance ou qui obéissent à des séances d’entraînement très stéréotypées 
comme le vélo, la course à pied ou le culturisme.
La dépendance à l’activité physique touche des profils très hétérogènes : 

hommes, femmes,  amateurs,  professionnels, de tous les âges,
et de toutes les classes sociales.
Seule constante, tous cherchent à 
valoriser leur image à travers le sport. 

Pratiquer une activité physique avec excès devient un moyen pour eux 
d’augmenter leur estime d’eux-mêmes, de combler un vide affectif, 
de modifier leur apparence corporelle.
L’addiction est le produit d’une composante sociale très forte.
Une réponse à la culture de la performance, aux sollicitations compétitives 
ou aux insatisfactions récurrentes de la vie sociale.
Et les troubles de l’image jouent un rôle essentiel 
dans le développement de cette pathologie.

Rien d’étonnant dans une société où le poids ! de l’esthétique est grandissant.

:)

et pour finir en beauté 
un lift fumeux avec le philochat ... sportif





jeudi 6 mars 2014


Les 3/4 de votre vie terrestre, 
vous les passez 
dans vos chaussures
et le reste du temps dans votre lit,
choisissez bien les deux !!!


et faites en bon usage !!
:)


mercredi 5 mars 2014


...
Le psy, pour m'aider à mettre de l'ordre dans ma vie, 
tente de faire l'inventaire des causes de mes douleurs existentielles.
mais j'en trouve toujours de nouvelles 
et ça le crispe, je le sens !

Je le rencontre depuis 7 ans 
et notre relation tourne à la constitution d'un vieux couple 
qui s'aigrit par l'accoutumance.

Je me sens une sorte de personnification 
de son échec de thérapeute.
Et peu de gens redemandent à leur échec 
de venir les voir 1 fois par semaine !
Sa résistance devant mon cas me fascine.

Il me fait de la peine 
avec sa difficulté apparente à faire de moi un homme équilibré.
C'est le mot qu'il a utilisé souvent : équilibre.
Enfin, équilibré, c'est comment ?
c'est quand on perd pas l'équilibre ?

Je me demande si je ne viens pas le voir juste pour le tester.
Il ne m'a donné son prénom 
qu'au bout de 3 ans, du bout des lèvres.
Sûrement dans un moment de déprime devant mon cas.
Bertrand.

Je vais voir un Bertrand pour quelques dizaines d'euros par séance.
J'ai l'impression de pouvoir mieux l'aider dans ce job ingrat.
Un prénom, ça crée une intimité.
...







mardi 4 mars 2014


Le Parisien Magazine a choisi de ne pas publier le weekend dernier 

un sondage BVA qui plaçait Dominique Strauss-Kahn, 

l’ancien patron du FMI,

en tête des personnalités politiques qui 

"pourraient faire mieux que François Hollande"  !!  :)


Mais il n'est pas précisé dans quel domaine ...
c'est à mourir ... de rire 
et de plaisir !!  

J'adore les sondages et

leurs résultats.







lundi 3 mars 2014



A l'occasion de la  journée dédiée aux femmes 
ce prochain samedi
et en souvenir du 21 avril 1944 ... 
un petit sourire  masculin  :)

"Ce fut très émouvant ...
J'entrai dans la pièce, 
comme on peut l'imaginer pour une première expérience,
j'étais là pour me prouver que j'en étais capable, 
que j'avais atteint l'âge
pour le faire, quoi ! 

J'avais longuement hésité en tournant et regardant entre mes mains
l'objet de ce pouvoir que j'allais enfin exercer, 
et je l'avais finalement glissé 
dans son enveloppe protectrice, ... doucement.

Mais, il fallait y aller. 
C'était le moment.
La toute première fois ...
Elle était là, je le savais,
et  je la découvris, enfin en écartant doucement le voile 
qui me séparait encore d'elle.

Elle s'offrait à moi mais j'hésitais encore...
Serais-je capable d'aller jusqu'au bout ? 

J'ai commencé à la glisser.
Mais le stress prenant le dessus, je l'ai retirée rapidement 
j'ai regardé autour de moi, respiré un grand coup et,
enfin, je l'ai introduite et lâchée ... avec soulagement


 " A voté ", a annoncé le maire.


dimanche 2 mars 2014


ACTU

La F.I.F.A. (football) vient d'autoriser les fousdeballeurs à porter
tout couvre-chef (turban, voile ...) pendant les rencontres internationales.
Il n'est pas précisé si le haut de forme ou le casque à pointe sont autorisés ...

Après avoir prévu d'organiser la coupe du monde au Quatar en plein été,
les voilà qui veulent transformer les matchs en carnaval pseudo-religieux.

Je me demande même si un certain ...  à l'humour ... flageolant
ne va pas tarder à les solliciter pour savoir
si l'on pourra porter la quenelle
sous son short
pour marquer son opposition au pouvoir de ... l'arbitre !! 

Vivement qu'on puisse élire des robots dénués de toute humanisme mal venu
pour organiser un peu plus sereinement la vie collective de nos sociétés
sinon, les citoyens lambda (comme moi :)) sans ambitions particulières 
liées à une quelconque aspiration à un pouvoir de décision, 
fusse t il de simplement faire rouler un ballon entre deux homo sapiens en nage,
vont mourir ... de rire !