mercredi 29 mai 2013


Peut on donner ce que l'on a pas ?

Par exemple, la confiance en soi, 
une forme d'apaisement intérieur.

Je suis toujours surpris des remerciements reçus de la part d'amis
ou même de simples connaissances qui pensent que par des mots,
une attitude bienveillante d'écoute,
je leur fais un cadeau
alors que, moi-même, je ne me sens pas au mieux
pour diriger ma propre vie !

"Plus d'un qui ne peut se libérer de ses chaînes,
a su néanmoins en libérer un ami !"  
                                                                 F. Nietzsche





dimanche 26 mai 2013


La vie à deux 
s'est terriblement fragilisée dans cette société du dernier siècle !
Là aussi, on peut évoquer une crise ...

Célibataires et familles monoparentales n'ont jamais été aussi nombreux.
Et pourtant, le constat négatif doit être dépassé 
pour reconnaître les avancées humaines.
Le malheur n'avait pas attendu la multiplication des divorces 
pour exister entre hommes et femmes.  

Combien de millions d'êtres humains (particulièrement les femmes
ont vécu l'enfer conjugal ou familial 
(mariage de raison ou de convenance familiale, enfantement non maîtrisé, ...) pendant les siècles précédents.

Le mariage était comme une prison dont on ne sortait qu'avec la mort !
La légalisation (depuis la Révolution de 1789 !)
puis la banalisation progressive (lente, très lente ...) du divorce 
n'est pas qu'un échec de couple de prime abord,
c'est aussi une victoire socio-familiale.

Tout divorce est un constat de faillite affectif mais qui vaut mieux
qu'un indissoluble malheur à deux pendant toute une vie.
Le mariage d'amour paraît banal en Occident
mais c'est aussi une avancée extraordinaire
dont on trouve par ailleurs logique 
qu'il puisse s'interrompre si l'on n'aime plus.

Bref, le divorce c'est avant tout une bonne nouvelle
pour 2 raisons (au minimum !) :
l'ouverture à une liberté de choix du conjoint et
l'accroissement de la durée de la vie des conjoints.
La donne a changé...

A nous de trouver l'amour qui va avec 
et surtout pas seulement de l'amour-passion peu durable en évidence... 
mais plutôt de l'amour-amitié.
Bon, t'as la recette, petit malin !!

Mais ces changements nécessaires sont laborieux car l'homme et la femme vivent beaucoup avec les réalités du passé et les reproduisent
par identifications ou soucis
de ne pas sortir de la norme de références familiales.

Par les soubresauts sociaux que provoquent la légalisation 
de  l'ouverture de droits à des couples unisexes 
(mariage mais aussi enfants), 
on voit bien que les membres les plus "conservateurs" de notre société 
vivent toujours avec leurs idéaux culturels du passé 
sans tenir compte des évolutions de la société. 
On pourrait presque croire que tous ces gens
qui descendent dans la rue sont heureux en couple
et se révèlent des parents hétérosexuels idéaux. 
Je me permets d'en douter quelque peu !

C'est bien l'amour (même s'il ne dure pas toute une vie !) 
qui permet d'éduquer sereinement 
(c'est à dire transmettre des valeurs de plaisir et bonheur ... d'être en vie)
fusse t il avec un autre individu du même sexe.

En fait, la grande bataille de la rue est surtout idéologique ségrégative :
ne pas accorder les mêmes droits aux homosexuels 
qu'aux hétérosexuels.
Souvenons nous que les femmes ont obtenu 
le droit de vote il y a  70 ans !!!
et ça ne s'est pas fait à l'unanimité ...











samedi 18 mai 2013


Sur le web, on vit côte à côte
dans une sorte de fraternité numérique
et pourtant on ignore tout sur les uns et les autres.

On espère des miracles de cette consanguinité numérique sur les forums :
des harmonies possibles,
des confidences absolues,
des fusions viscérales,
des amours éternelles ...

Beaucoup se contente de petits mensonges rassurants,

de demi-vérités arrangeantes
pour agrémenter leur vie.

Le problème, c'est ce que nous sommes individuellement, 

sensitivement, sensuellement
et ce puzzle de sentiments dont nous sommes constitués,
influe sur nos capacités à mesurer nos paroles 
et nos engagements disons humains
dans les relations aux autres.

Trop souvent, nous sommes persuadés de ... maîtriser mais c'est un leurre,
on ne se protège jamais complètement de ses sentiments, 
ils transparaissent toujours
quels que soient nos efforts langagiers.

C'est seulement une démarche intellectuelle de longue haleine

qui peut amener à une meilleure relation aux autres
car il faut obligatoirement "améliorer" ...
le fond avant la forme !!




jeudi 16 mai 2013





« Je suis le roi du monde »



l'expression est connu pour être utilisé fréquemment

par les individus en mal de pouvoir ... ou de malaise existentiel.


C'est cette phrase qu'a crié un postulant
en sautant ... royalement
dans la fosse aux tigres
du zoo d’Oklahoma City.

L’instant d’après, il abdiquait
sous les crocs
du peuple félin ... affamé !

:)




lundi 13 mai 2013



Les français plutôt heureux au bureau.
Cette affirmation va en surprendre quelques-uns.
Aucune provocation, ni démagogie dans ces propos.
En fait, il s’agit de résumer en quelques mots
les conclusions d’une étude qu’a conduite
l’institut de sondage TNS SOFRES en janvier 2013
auprès d’un échantillon de 600 salariés
intitulée « La vie des français au bureau ».

84 % se sentent bien sur leur lieu de travail ...

super !


Qq morceaux choisis de l’enquête :


Question :
Quels sont les 3 moments que vous préférez partager avec vos collègues ?
Réponse :
Le café du matin, la pause déjeuner, les discussions de couloir.
Commentaire :
Plébiscite pour le café et la cafétéria en particulier qui est désignée aussi

comme le meilleur endroit pour faire une réunion (informelle)


Question :
Quels sont les 3 fournitures de bureau dont vous ne pouvez vous passer ?
Réponse :
Un stylo, un post-it, une agrafeuse.
Commentaire :
Un peu décevant à l’heure de l’informatique et des NTIC.



Question :
C’est quoi le bureau idéal pour vous ?
Réponse :
Un bon fauteuil au calme avec une vue dégagée vers l’extérieur.
Commentaire :                 ::))

Comme quoi, le bonheur au travail tient à pas grand-chose,
une seule condition semble nécessaire : ne pas parler du travail !